Nous vous avons envoyé un e-mail avec un lien pour réinitialiser votre mot de passe.

LIVRAISONS SANS CONTACT | RETOURS PROLONGÉS JUSQU'AU 10 JANVIER #MAGIEDENOEL

Tu as une idée géniale mais tu ne sais pas comment la concrétiser ?

Tu as une idée géniale mais tu ne sais pas comment la concrétiser ?

Tu connais ce projet un peu barré qui sommeille en toi depuis que tu es gosse, mais qui ne s’est jamais concrétisé à grand renfort de « impossible » ou de « un jour peut-être » ? On te l’annonce, le temps des excuses est révolu. Chez Cabaïa, on va t’aider à passer aux choses sérieuses, et notre big boss Bastien, te livre en exclu ses conseils pour te lancer et oser concrétiser ton idée.

Comment as tu su que ton idée pouvait vraiment se réaliser ?

Bastien : j'ai eu l’intuition dès le début que ça allait marcher. J’ai appelé un centre commercial pour qu’ils me louent un espace de vente : j’ai expliqué mon projet et ça tombait bien car ils cherchaient des petites marques pour attirer du monde dans leur centre commercial. À ce moment là j'avais seulement un site internet basique et 500 bonnets en stock.

 

Je m’en souviendrai toujours, j’ai installé le pop-up pour le centre commercial de nuit. On a fini à 6h du matin et j’ai dormi 1h dans ma camionnette sur le parking. J’ai ouvert à 10h, à 10h10 j’ai fait la première vente, j’ai vu direct que ça allait plaire. Le 1er jour j’ai vendu 10 bonnets, 25 le deuxième et 1 mois après à Noël, il y avait 30mn de queue devant mon pop-up !

 

Est-ce que le réseau est indispensable pour pouvoir se lancer dans la réalisation de son projet ?

Bastien  : non, je n’avais aucun réseau, je n’y connaissais rien ! Je pense que connaître quelqu’un ça peut aider mais c’est pas du tout obligatoire, ça peut même être un frein. Imaginons que mon père ai eu une marque d’accessoires : il m’aurait tout transmis. J’aurais sans doute monté une entreprise classique avec des méthodes traditionnelles. Quand tu n’y connais rien ça te permet de changer des recettes classiques : tu n'appliques pas LA recette qui marche puisque tu n’y connais rien !

Quelles ont été les principales étapes de la naissance de Cabaia : depuis l’émergence de ton idée au premier jour de Cabaia ?

Bastien  : Pendant quelques mois, j'ai réfléchi à un concept qui puisse être différenciant et l’idée du bar à bonnet m'est venue. J’ai ensuite créé un petit site internet : l’ancêtre du Cabaïa actuel !

Ensuite j’ai fait le test du pop-up dans le centre commercial et je me suis rendu compte que ça allait marcher. Quand tu as une idée, il ne faut pas attendre 3 ans en se demandant si ça peut marcher. On ne peut jamais savoir à l'avance, le marché a toujours raison et le marché c’est les clients. Il faut tester, l’excuse du “je n’ai pas d'argent, pas de contacts etc”, ça ne marche pas ! Ce qui manque le plus quand tu te lances, c’est le temps donc il ne faut pas en perdre en cherchant si le concept va marcher ou non.

C’est pareil pour l’argent : quand j’ai lancé Cabaïa, je dormais chez mes parents pour économiser (rires). J’ai eu de la chance car mon fournisseur m’a fait confiance et m’a fait payer ma première production (500 bonnets) plus tard, de plus je n’avais pas de vendeur à payer puisque le seul vendeur c’était moi. Pareil pour la location de l’emplacement du pop-up : j’ai payé à la fin du mois avec l’argent de la vente de mes premiers bonnets !  

Quelles sont selon toi les qualités indispensables à avoir pour réaliser son projet ?

Bastien : il faut être très persévérant et très détaché parce que si tout est trop structuré, trop pensé, tu ne vas pas dormir, tu vas te demander tous les jours : est-ce que mon entreprise va marcher ? Il ne faut pas être matérialiste non plus : ça va être une période où il va falloir faire des concessions, manger des pâtes pendant plusieurs mois et se dire qu’on mets les mains dans le cambouis, qu’en les ressortant on aura peut-être réussi mais aussi peut-être échoué.

Il ne faut pas oublier que quand on monte une entreprise, c’est très long, ça ne se fait pas en un clin d’oeil, contrairement à ce qu’on entend aujourd’hui. Non Zuckerberg n’a pas eu l’idée de Facebook en une nuit, ça été beaucoup plus long, comme tous les grands fondateurs d’entreprises d’aujourd’hui.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer ?

 Le conseil numéro 1 : il faut tester l’idée tout de suite, sans perdre de temps. Comment ? Parlez de votre idée à tout le monde, même à un inconnu dans la rue. N’ayez pas peur de vous faire voler votre idée : l’idée ne vaut rien, c’est l'exécution qui compte. Uber, Facebook, tout existait déjà avant. En plus, si tu as une idée que personne n’a jamais eu c’est un peu mauvais signe (rires).

Il faut récupérer les avis de plein de personnes différentes : si tu veux ouvrir un restaurant par exemple, commence par faire un repas avec tes amis. Ensuite recommence, puis facture leur, 3€ puis 5, puis 10€, en leur demandant de ramener leurs amis au fur et à mesure. Là tu vas commencer à avoir des retours, à voir les problèmes du métier et voir si tu as envie de les résoudre ou non.

 

Mon deuxième conseil : ne pas être seul. Il faut trouver quelqu’un rapidement pour avoir une complémentarité dans l'équipe car tu ne peux pas être bon partout, et j'ai eu beaucoup de chance de rencontrer Emilien. Si tu réussis, alors que tu es tout seul, c’est pas très drôle et si tu échoues alors que tu es seul, ça fait mal.

 

Et vous, quel est votre projet le plus fou ? N'oubliez pas que vous pouvez vous aussi, réaliser votre projet en nous le partageant. On réalise le projet sélectionné par notre jury de feu 🔥


Aime : Dalida, les livres, les sushis
N'aime pas : le métro bondé, les hypocrites

Aliénor - Brand Content Manager